Age of Empires 2 (1999). Joan of Arc's Campaign. Scenario 2: The Maid of Orléans
In-Depth

Age of Empires 2: ‘The Maid of Orléans’ (Walkthrough & Historical Commentary)

This blog post also available in French!

I fell in love with Joan of Arc thanks to Age of Empires 2. I never healed from it. As Ovid says: “Quod nullis amor est sanabilis herbis.” There is no remedy to love.

Tower. Beaurevoir. Joan of Arc. John of Luxembourg.
Tower of Beaurevoir © Stéphane Bloch, 19/07/2013

Once I started to study History at the university, I met Joan again. I discovered her through new lenses. I read the papers and scholarly books written about her. I read the original sources from the 15th century. Her voice sounded clear to me when I read her trial. I saw her proud gait whilst perusing medieval chronicles. Then I visited Picardy and many places she went. I walked near the tower she jumped from when she tried to escape the English.

In the following paragraphs it will look like I’m dismantling piece by piece the second scenario of Joan of Arc’s campaign in Age of Empires 2. However this is a love letter more than anything. Age of Empires 2 is a fantastic video game to discover the Middle Ages. There is much to say about the scenarios and the in-game encyclopedia, but that’s only for the better when you really think of it.

Tower. Beaurevoir. Joan of Arc. John of Luxembourg.
Tower of Beaurevoir, from afar © Stéphane Bloch, 19/07/2013

Intro: Joan of Arc’s Campaign, Second Scenario

March 26, Chinon

It is one thing for a band of dispirited soldiers to put their trust in a teenage girl. It is entirely another for that girl to be given command of the army of an entire nation.

We were filled with pride when we heard the Dauphin’s heralds pronounce Joan the Maid as Commander of the Army of France.

So that she may look like a general, the Dauphin presented Joan with a great warhorse and a suit of white armor.

Joan instructed me to look for an ancient sword buried beneath the altar of a local church.   

I was skeptical, but not only did the men unearth a rusted blade, but we found that the sword belonged to Charlemagne, grandfather of France. I shall not doubt her word again. Still visible on the hilt was the fleur-de-lis.

Joan adopted the fleur-de-lis as her symbol and had it blazoned upon her battle standard. Wherever Joan goes, the standard goes also. It goes with us to Orléans.    

The City of Orléans is one of the finest in France, but it is under siege by our enemies, England and Burgundy, and is about to fall.   

This war has dragged on for one hundred years with precious few French victories. The people of Orléans need a savior. They are to get Joan of Arc.

Illuminated Manuscript. Brussels, KBR, ms. 9392. Christine de Pisan. Loyset Liedet. Jean Miélot. Pentesilea. Queen of the Amazons. Women in Armours.
Pentesilea, Queen of the Amazons, leading the charge – Bruxelles, KBR, ms. 9392, f. 18v

Commentary

This, for one, is a wonderful text. It really helps us to connect with Joan’s story on an emotional level. However, it is filled with inaccuracies…

Though Joan’s brothers were given nobility titles after the victory of Orléans, she was never invested of any official military title. The “Commander of the Army of France” was the ‘connétable’ and that man, since 1425, was Arthur of Bretagne, count of Richemont. Connétables were chosen for life. Richemont himself had fallen into disgrace because of his political actions (he had drowned the king’s favorite courtier) but he still held on his title. Right under him were the ‘maréchaux’ and those titles had also already been handed out to other aristocrats.

Regarding Joan’s famous sword, it didn’t belong to Charlemagne… First off, the fleur-de-lis only became a symbol of the French royalty during the 12th century, once coat of arms were properly invented. It couldn’t have been Charlemagne’s emblem. Secondly, the sword was not miraculously found, dug up or given to Joan. It was merely an ex-voto that caught her eye when she went in pilgrimage to Sainte-Catherine-de-Fierbois on her way to Chinon.

Finally, when Joan arrived to Orléans the Burgundians had already lifted the siege. Poton de Xaintrailles, La Hire’s brother in arm, had risked a dangerous diplomatic move. He’d offered to open Orléans to the Duke of Burgundy if he could insure the safety of its inhabitants. Philip the Good wished for nothing less but it angered the Duke of Bedford, Regent of France. The two men were at odds since Anne of Burgundy had passed away. Sister to Philip the Good and Bedford’s former wife, she’d already saved the Anglo-Burgundian alliance in the past and her death left the alliance in tatters. Therefore, the English were left alone to besiege Orléans.

1.1. The Map: Orléans surrounded

Age of Empires 2 (1999). Joan of Arc's Campaign. Scenario 2: The Maid of Orléans
Age of Empires 2 (1999). Joan of Arc’s Campaign. Scenario 2: The Maid of Orléans

In this scenario we find three French cities: Chinon and Blois, south of the Loire, controlled by the artificial intelligence, and Orléans, north of the Loire, which the player takes over as soon as he steps into it.

Orléans is threatened by four British fortresses, two north of the city, which produce long swordsmen, longbowmen and mangonels, plus two other, south of the city, which produce battering rams and knights.

Furthermore, the Burgundians are still in play, though it is historically inaccurate. They send up spearmen to attack Orléans along other units.

Since all those units will continuously attack the player, he will have to produce a vast variety of counter units to push back the AI efficiently. It will be tricky to balance an economy properly to that end, however, with a population capped at 75…

1.2. The Siege of Orléans

Map. Orléans. 1428, 1429. Joan of Arc. Jollois. Harttweig
Plan de la ville et du siège d’Orléans en 1428. Jollois restituit ; Harttweig sculpsit

Historically speaking, Orléans was surrounded by English bastions, mainly west to the city. John Talbot, knight of the Order of the Garter, was commanding those fortified places himself. He’d been a real thorn in the shoe of the French since he landed on the Continent, back in 1427. The British also had a few bastions eastwards, but first and foremost they occupied the ‘Bastille des Tourelles’ that closed the Loire bridge. It forced the people of Orléans to destroy the bridge so that it couldn’t be crossed, contrarily to what the player can do in the Age of Empires 2 scenario.

For its defense, Orléans had no less than thirty towers along its walls and barricades also blocked the city access in the suburbs. Churches also could serve as fortified places. However, the people of Orléans struggle every day a bit more to ration their food and they urgently needed supplies to maintain their spirits up.

2.1. How the scenario plays out

The second scenario of Joan of Arc’s campaign has a few surprises but it plays in a quite straightforward fashion. It starts at Chinon with the Duke of Alençon greeting Joan. He moves towards her on his gorgeous steed: “I’m the Duke d’Alençon, my Lady. I will proudly ride with you to Orléans.”

From that point in the very southern corner of the map, Joan, Alençon and their troops ride to Blois where they will meet the king’s army. On their way they’ll fight out a little ambush if they don’t avoid it, but when they reach Blois, the player gets a full load of knights, crossbowmen and trade carts to provide Orléans in resources. Those trade carts must reach the city town center, not the market, for the resources to be collected by the player.

Map. Orléans. 1429. Bridge. Loire. Jollois.
Plan de l’ancien Pont d’Orléans et de ses abords avec ses bastilles et boulevards, le fort des Tournelles et la bastille des Augustins. Jollois restituit

Exiting Blois, Joan can reach Orléans through the dirt path leading to the Loire bridge but that’ll force her into an early battle against Burgundian troops guarding the access. However, transport ships are waiting to help the player across the river and out of harm way. Whatever the choice taken by the player, Joan and the French army reach Orléans through one of its two southern gates.

Once into Orléans, the objective is quite simple: keep the city cathedral safe, maintain Joan of Arc alive and destroy one of the four English castles. Whenever the trade carts get to the city forum, the player gets resources and he can start to build his economy with the few villagers he finds in Orléans.

Rooftop view of the Cathedral of Orléans

The easiest and quickest way to win the scenario, however, is to get to Castle Age as soon as the trade carts get to Orléans forum. Forget about the economy altogether. Cross back the river Loire with a few villagers and build a siege workshop at the back of the southern British fortress. As soon as you can create a few battering rams, break down the British walls, get inside their base and ram down their castles. The knights you get in Blois can also swoop in for extra damages: the castles don’t have the murder holes technology.

Now, if you want to play really tricky, though it requires a bit of skills, station your knights between the two southern British fortresses, wait for villagers to open the gates while passing through it to gather resources, rush into the enemy base and bring fire the old fashion way: through good old sword repetitive smacking.

2.2. How History played out

Map. Orléans. 1429. Joan of Arc. Boucher de Molandon. Eugène Moreau.
“Orléans, la Loire et ses îles lors du siège de 1429. Première expédition de Jeanne d’Arc : ravitaillement d’Orléans”

First things first: the Duke of Alençon has nothing to do in this scenario. He only comes up in Joan’s saga much later, notably during the siege of Paris. The real historical character who supervised the military operations on the French side was the bastard of Orléans, Jean Dunois. La Hire, who is introduced to the Age of Empires 2 player in the next scenario, was also of the party.

In summary, the French army commanded by the maréchal de Boussac, in company of La Hire, Joan of Arc and a convoy of supplies, journey from Blois to Orléans. In order to reach the besieged city, they decide to go around it from the east and cross the Loire River on transport ships. The bastard of Orléans waits firmly for the resupply and supervise the crossing.

Dunois (the bastard of Orléans) and St John the Evangelist, witnessing the Last Judgement ~ London, BL, Yale Thompson MS 3, f. 32v.

When she meets Dunois, Joan is upset. She demands why they didn’t cross west of Orléans, where the English are the most heavily fortified, where John Talbot who commands the troops is located. Dunois is flabbergasted by Joan’s audacity. She dare answer that the advice she brings is better than his, for she’s sent by God. At that point, the wind was not favorable for a crossing. All of a sudden it changed and Dunois interpreted it as a miracle, when he talked about it years later during Joan’s second trial.

The maréchal de Boussac and the French army, however, turn back to Blois. Joan of Arc, La Hire and the resupply convoy cross the Loire. They briefly rest at Reuilly with Dunois then ride to Orléans. The English garrisoned in the bastille of Saint-Loup attempt to attack the convoy but last minute reinforcements from Orléans distract them from their purpose. Joan and the convoy arrive in Orléans untouched to the great relief of the population. One man get so close to Joan to better see her that he actually puts her sleeve on fire with his torch. The disaster is fortunately avoided.

Far to dictate the strategy, Joan is kept in the dark. Nothing is shared to her. The bastard of Orléans and the faithfull captains of Charles VII talk shop without her. When she awakes from a nap, Joan says she saw in a dream that French blood was spilled. She puts on her armor and gallops out of Orléans. She reaches the French troops attacking Saint-Loup and the place is taken.

The bastille of the Augustins is next to fall, then the French mount an attack against the Tourelles, which guards the bridge entry facing Orléans. All day long, the French troops can’t overcome the English defenders of the fortress. Nevertheless, thanks to Joan’s last galvanizing speech, they gather their last drops of courage and eventually conquer the place. The French army based in Blois has now a freeway to enter Orléans. John Talbot is forced to leave and empties the last English strongholds parked around the besieged city.

The liberation of the Loire can finally begin.

Outro: Joan of Arc’s Campaign, Second Scenario

Joan prophesied that she would be wounded at Orléans. At the height of the battle, an arbalest bolt knocked her from her horse. We could not believe our misfortune.

But as we carried Joan away from the carnage, the battle was won. Orléans was free.

When we entered the city, the entire population cheered us on from windows, rooftops, and city streets.

They fired artillery into the night sky and shouted aloud their nickname for Joan: ‘La Pucelle’—The Maid of Orléans.

Commentary

Joan actually predicted her injury. As he travelled to Lyon for the sake of his master, the Duke of Brabant, the lord of Rotselaar gave news from Charles VII’s court. His letter, dated from April 22th, 1429, mentions that a young woman swore to liberate Orléans, but that she will be injured during the battle. The attack of the bastille des Tourelles happened two weeks after this letter was sent and Joan is indeed struck by a range weapon in the morning, right in the shoulder. Her prediction is also stated in other sources. To this day the historians remain fascinated.

Joan, once injured, cries. However, she refuses to be healed through witchcraft. She takes the arrow out of her shoulder herself, with nothing else than olive oil and a piece of cloth to ease her pain. She goes back to battle. As the evening drops, the day seems lost but she carries on. “Fear not, the place is ours!” she shouts as she sees her banner close to the fortress walls, pointing out to everybody where to strike. The French muster their morale, dive once more into the breach and eventually conquers the Tourelles in a last assault that will become unforgettable.

The night proceeds with careful celebrations as Talbot hasn’t left yet. However, no artillery fired into the night sky. Canons shot at the start of a siege. The bells rang, from all over the city. Gathered in churches, the people of Orléans and their defenders sang the Te Deum Laudamus that Joan had had the French army sing when they left Blois. It wasn’t Joan who was celebrated, but God.

Close your eyes, picture the cathedral of Orléans and transport yourself back to 1429. Your own mind remains the best time travelling machine.

Top 3 overlooked facts

The very last assault on the Tourelles gave place to great moments which are worth remembering.

The Loire Bridge had been partly destroyed. Seeing that the fight reached no conclusion, the people of Orléans decided to help out their allies. They threw planks across the long narrow bridge. The first one to come forth was a Knight Hospitaller, Nicolas de Giresme. His crossing was perceived as a miracle.

The English captains, however, were not so lucky… The drawbridge of the Tourelles collapses under their very feet and they all drown in the Loire. According to an Italian merchant relating the events of the siege, the drawbridge collapsed because of a demolition ship prepped on Joan of Arc’s orders, then moved forward at the most strategic moment!

Silent and deadly.

Finally, as the English withdrawn from their strongholds, a war prisoner, the bastard of Bar, managed to escape his jailers in a way nothing short of fabulous. He gets the personal priest and confessor of John Talbot to carry him to Orléans! Not only does he come back to reinforce his friends, but he also hands them a very valuable informant.

Historians still debate today on Joan’s real impact over the commandment of the French army. It is rather excluded that she ever held any official title or ordered the troops herself, even if the most daring historians have argued that he left a “legacy”. She feared no danger, she was pro-active on the battlefield, she never backed down from a fight. In that, however, she was La Hire’s perfect pupil, minus the wisdom and experience. Nevertheless, without her, it is undisputable that the Tourelles wouldn’t have been conquered the day they were and the siege of Orléans could have dragged on more.

The English were already in a pickle. Their alliance with the Burgundians was in tatters and the earl of Salisbury, their military genius, was dead during the first days of the siege of Orléans. The town, meanwhile, was defended by the best and bravest, the cream of the French army. La Hire, Poton de Xaintrailles, their brothers and their friends were all there. They had no pompous title but they counted among the most professional soldiers in France at the time.

Joan of Arc only put more oil on a fire the fire and the tide was already turning against the English. Yet it takes nothing away from her bravery, her valor and her charm, that History consecrated forever.

More About Joan:

In-Depth

Soluce & Commentaire historique de “La Pucelle d’Orléans” (Age of Empires 2 : Jeanne d’Arc, niveau #2)

Do you wish to read this blog post in English?

Age of Empires 2 m’a fait tombé amoureux de Jeanne d’Arc. Il s’agit d’un amour dont je n’ai jamais guéri. Comme le dit Ovide : « Quod nullis amor est sanabilis herbis ». Il n’existe aucun remède à l’amour.

Tower. Beaurevoir. Joan of Arc. John of Luxembourg.
Tower of Beaurevoir © Stéphane Bloch, 19/07/2013

Une fois entré à l’université, j’ai redécouvert Jeanne d’Arc à la lumière de mes études. Elle m’apparaissait désormais au travers des recherches historiques et des sources d’époque. J’ai entendu sa voix en lisant son procès. J’ai perçu sa fière allure à la lecture des chroniques. Ensuite j’ai visité la Picardie et j’ai découvert des endroits où elle s’était rendue. J’ai marché au pied de la tour, à Beaurevoir, dont elle aurait sauté pour tenter de se sauver des Anglais.

Dans les paragraphes qui suivent, je vais démonter pièce par pièce le scénario du siège d’Orléans dans Age of Empires 2. Néanmoins, il s’agit bien d’une lettre d’amour. Age of Empires 2 est un jeu fantastique pour découvrir le Moyen Âge et s’intéresser à son histoire. Il y a beaucoup à redire sur les scénarios et l’encyclopédie du jeu, mais ce n’est que pour le mieux.

Tower. Beaurevoir. Joan of Arc. John of Luxembourg.
Tower of Beaurevoir, from afar © Stéphane Bloch, 19/07/2013

Intro

26 mars, Chinon

Remettre toute sa confiance en une jeune fille, pour une bande de soldats abattus, ce n’est pas rien. Mais pour cette jeune fille, se retrouver à la tête de l’armée de toute une nation, c’est bien autre chose.

Nous étions gonflés d’orgueil quand nous avons entendu les hérauts du Dauphin déclarer Jeanne la Pucelle, Chef de l’Armée de France.

Pour que Jeanne ait l’allure d’un général, le Dauphin lui a offert un cheval de bataille et une armure blanche.

Jeanne m’a chargé d’aller chercher une ancienne épée sous l’autel d’une église.

J’étais sceptique et pourtant non seulement les hommes ont déterré un fer rouillé mais nous avons découvert que cette épée avait appartenu à Charlemagne, le père de la France. Je ne douterai plus jamais de ses paroles. La fleur de lys se voyait encore sur la poignée.

Jeanne a adopté la fleur de lys comme symbole, qu’elle a fait représenter sur son étendard de bataille. Partout où Jeanne allait, son étendard la suivait. Et il nous a accompagné jusqu’à Orléans.

La ville d’Orléans est l’une des plus belles villes de France mais elle est assiégée par nos ennemis, l’Angleterre et la Bourgogne et elle est sur le point de succomber.

Cette guerre dure depuis cent ans avec de rares victoires françaises. Le peuple d’Orléans a besoin d’un sauveur. Ils auront Jeanne d’Arc.

Illuminated Manuscript. Brussels, KBR, ms. 9392. Christine de Pisan. Loyset Liedet. Jean Miélot. Pentesilea. Queen of the Amazons. Women in Armours.
Pentesilea, Queen of the Amazons, leading the charge – Bruxelles, KBR, ms. 9392, f. 18v

Commentaire

Ce texte est magnifique et il nous investit de façon très émotionnelle dans les aventures de Jeanne. Toutefois, il est parsemé d’erreurs…

Si les frères de Jeanne d’Arc ont été anoblis après la victoire d’Orléans, elle-même ne reçut jamais le moindre titre officiel au sein de l’armée du roi. Le « chef de l’armée de France » était le connétable, et ce titre appartenait en 1429 à Arthur de Bretagne, comte de Richemont. Il s’agissait d’un titre détenu à vie, et si le connétable de Richemont était en disgrâce en raison de ses partis-pris et de ses actions politiques, il disposait toujours de son titre. En dessous du connétable se trouvaient les maréchaux, et ces fonctions étaient également occupées.

La célèbre épée de Jeanne d’Arc, déjà célèbre de son vivant, n’avait pas appartenu à Charlemagne. Ici, les auteurs du scénario commettent plusieurs erreurs. Tout d’abord, il eut été impossible qu’une épée ayant appartenu à Charlemagne fût ornée d’une fleur de lys. Le principe des armoiries ne vit le jour qu’au XIIe siècle. Ce n’est pas avant cette époque que les rois de France adoptèrent la fleur de lys comme emblème. Ensuite, l’épée fut tout simplement prise à l’église de Sainte-Catherine-de-Fierbois, où Jeanne se rendit en pèlerinage et prière avant d’atteindre Chinon. Plusieurs épées y avaient été laissées en ex-voto et l’une d’entre elle attira certainement l’intérêt de Jeanne, mais il ne faut pas croire que l’épée fut trouvée par miracle.

Enfin, quand Jeanne arriva à Orléans, les Bourguignons n’assiégeaient plus la ville. Suite à une manœuvre diplomatique aussi rusée que risquée, Poton de Xaintrailles, le frère d’armes de La Hire, offrit d’ouvrir les portes de la ville au duc de Bourgogne si ce dernier acceptait d’en assurer la protection. Rien n’aurait fait plus plaisir à Philippe le Bon, mais cette éventualité fâcha le duc de Bedford, régent de France. Les deux hommes n’étaient plus en très bons termes depuis le décès d’Anne de Bourgogne, épouse de Bedford et sœur de Philippe le Bon. Ce dernier décida donc de lever le siège et de laisser les Anglais seuls devant Orléans…

1.1. La carte du jeu

Age of Empires 2 (1999). Joan of Arc's Campaign. Scenario 2: The Maid of Orléans
Age of Empires 2 (1999). Joan of Arc’s Campaign. Scenario 2: The Maid of Orléans

Telle qu’est présentée la carte du second scénario de Jeanne d’Arc, on trouve tout d’abord trois villes françaises : Chinon et Blois, au sud de la Loire, contrôlées par l’intelligence artificielle, et Orléans, au nord de la Loire, dont le joueur prend le contrôle dès qu’il y parvient.

Orléans est menacée par quatre forteresses britanniques. Les deux forteresses au nord produisent des fantassins à épée longue, d’autres fantassins à arc longs et des mangonneaux, tandis que les deux forteresses au sud produisent des béliers et des chevaliers.

Enfin, les Bourguignons participent encore au siège, même si cela constitue une erreur historique. Ils menacent notamment Orléans avec leurs piquiers et d’autres types d’unités.

Compte tenu que ces unités viendront assaillir le joueur continuellement, il devra se parer d’unités de plusieurs types pour contrer l’intelligence artificielle de façon efficace. Or, avec une population maximale bloquée à 75 unités, cela pourra s’avérer difficile à accomplir tout en maintenant une économie stable et bien équilibrée…

En outre, le joueur peut rencontrer quelques dangers sur la route, entre Chinon et Blois, notamment, mais surtout à l’entrée du pont de la Loire, où une troupe bourguignonne importante l’attend au pied d’une vilaine tour.

1.2. Orléans encerclée

Map. Orléans. 1428, 1429. Joan of Arc. Jollois. Harttweig
Plan de la ville et du siège d’Orléans en 1428. Jollois restituit ; Harttweig sculpsit

Comme nous l’avons déjà précisé, les Bourguignons n’étaient plus présents au siège d’Orléans quand Jeanne d’Arc vint au secours de la ville. En revanche, Orléans était encerclée par un véritable chapelet de forteresses et de bastilles occupées par les Anglais. Sur la rive droite, à l’Ouest d’Orléans, les bastilles étaient d’ailleurs gouvernées par Jean Talbot en personne, un chevalier de l’ordre de la Jarretière qui donnait bien du fil à retordre aux Français depuis son arrivée sur le continent. Les Anglais disposaient encore d’une ou l’autre bastille à l’est, mais ils bloquaient principalement le pont de la Loire en occupant la bastille des Tourelles, directement au sud d’Orléans. Pour cette raison, les habitants de la ville avaient saboté le fameux pont et il était en vérité infranchissable, ce qui n’est pas reflété dans le scénario d’Age of Empires 2.

Pour se défendre, Orléans disposait de puissantes murailles, garnies d’une trentaine de tours. Les faubourgs de la ville, de surcroît, avaient été bardés de barricades pour entraver l’accès à la ville aux Anglais. Les églises pouvaient également servir de lieux fortifiés. Toutefois, Orléans se trouvait peu à peu asphyxiée et le besoin de ravitaillement se faisait chaque jour plus urgent.

2.1. Les étapes du scénario

Le second scénario de la campagne de Jeanne d’Arc nous réserve quelques petites surprises, mais il se joue de façon assez linéaire. Le duc d’Alençon rencontre Jeanne dès les premières secondes de la partie et s’avance vers elle, sur son magnifique destrier. « Je suis le duc d’Alençon, Madame. Je serais fier de vous accompagner jusqu’à Orléans. »

De là, Jeanne, Alençon et la petite troupe quitte Chinon, dans le coin inférieur de la carte, pour se rendre à Blois, au Nord-Ouest. Une petite embuscade attend le joueur sur la route, mais quand il parvient à Blois, le joueur obtient un grand nombre de chevaliers et plusieurs charrettes de ravitaillements, qu’il doit escorter jusqu’au Forum d’Orléans, au Nord de la Loire.

Map. Orléans. 1429. Bridge. Loire. Jollois.
Plan de l’ancien Pont d’Orléans et de ses abords avec ses bastilles et boulevards, le fort des Tournelles et la bastille des Augustins. Jollois restituit

En sortant de Blois, le joueur peut suivre le chemin de terre, mais il tombera alors sur une troupe bourguignonne, et passer le pont de la Loire relèvera d’un véritable défi. S’il explore les berges du fleuve, en revanche, le joueur pourra trouver quelques embarcations qui lui permettront de franchir l’eau sans être ennuyé, et de parvenir indemne à Orléans.

Dès que le joueur entre dans Orléans par le Sud (s’il a traversé le pont) ou le Sud-Ouest (s’il a emprunté les embarcations), il prend possession de la ville et sa mission principale devient d’en défendre la cathédrale des assauts britanniques et bourguignons. Afin de gagner la partie, il doit abattre au moins un château anglais, maintenir la cathédrale debout et s’assurer que Jeanne reste en vie.

Cathédrale d’Orléans, vue depuis les toits de la ville.

La méthode la plus facile consiste à passer à l’Âge des Châteaux sitôt que les charrettes de ravitaillement parviennent au Forum d’Orléans. Ensuite, il suffit de repasser la Loire avec quelques villageois et de construire un Atelier de Siège à proximité de la forteresse anglaise la plus au Sud de la carte. Quelques béliers suffisent pour percer une faille dans les remparts et démolir le château qui s’y cache et terminer le scénario endéans les quinze minutes, montre en main. Il n’est pas même nécessaire d’amener les chevaliers trouvé à Blois jusqu’à Orléans, ils peuvent s’engouffrer dans la forteresse anglaise dès qu’une brèche est faite et aider à détruire le château ennemi, qui ne dispose pas de la technologie « meurtrières » pour se défendre.

2.2. La véritable histoire

Map. Orléans. 1429. Joan of Arc. Boucher de Molandon. Eugène Moreau.
“Orléans, la Loire et ses îles lors du siège de 1429. Première expédition de Jeanne d’Arc : ravitaillement d’Orléans”

Tout d’abord, le Duc d’Alençon n’a rien à faire dans ce scénario. Il n’intervient que plus tard dans la saga de Jeanne d’Arc, notamment au siège de Paris. Le véritable personnage historique ayant supervisé les opérations militaires du côté français, lors du siège d’Orléans, était Jean Dunois, le bâtard d’Orléans. Il y avait également La Hire, que le joueur d’Age of Empires 2 ne rencontre qu’à la mission suivante.

En résumé, l’armée française dirigée par le maréchal de Boussac, en compagnie La Hire, Jeanne d’Arc et un convoi de ravitaillements, voyagent depuis Blois jusqu’à Orléans. Afin d’atteindre la ville assiégée, ils décident de la contourner par l’est et de traverser la Loire à l’aide de navires de transports. Le bâtard d’Orléans attend le convoi de pied ferme pour superviser la traversée.

Dunois (le bâtard d’Orléans) et saint Jean l’apôtre observant le Jugement Dernier ~ London, BL, Yale Thompson MS 3, f. 32v.

Quand elle rencontre Jean Dunois, Jeanne d’Arc est énervée. Elle demande pourquoi ils ne franchissent pas la Loire à l’Ouest, où les Anglais se sont le plus lourdement fortifiés, là où se trouve leur commandant Jean Talbot. Jean Dunois est épaté par l’audace de la jeune femme. Elle lui rétorque que le conseil de Dieu, qu’elle reçoit, est certainement meilleur que le sien. Jusque-là, le vent empêchait la traversée du fleuve. Quand Jeanne finit de parler, il tourna. Des années plus tard, le bâtard d’Orléans interprétera ce moment comme un « droit miracle ».

Le maréchal de Boussac et l’armée française, toutefois, tournent les talons et retournent à Blois. Jeanne d’Arc, La Hire et les ravitaillements franchissent la Loire. Ils se reposent brièvement avec Jean Dunois à Reuilly, puis font route vers Orléans. Les Anglais en garnison à la bastille de Saint-Loup tentent une sortie pour attaquer le convoi, mais sont distraits par des troupes qui jaillissent en renfort d’Orléans. Jeanne et les ravitaillements arrivent intacts dans la ville, pour le plus grand bonheur des habitants. L’un d’entre eux s’approchent si près de Jeanne pour l’observer qu’il met feu à sa manche avec une torche, mais la catastrophe est écartée.

Loin de diriger les opérations, Jeanne est maintenue dans le noir. Rien ne lui est communiqué, le bâtard d’Orléans et les capitaines fidèles à la cause des Valois discutent de stratégie sans elle. Quand elle se réveille d’une sieste, elle dit avoir rêvé que le sang français était versé. Elle se pare de son armure et galope à tout rompre hors d’Orléans. Elle rejoint en vitesse les troupes françaises qui assaillent la bastille de Saint-Loup, et celle-ci est prise.

La bastille des Augustins tombe ensuite, puis la prochaine bastille attaquée est celle des Tourelles, de l’autre côté du pont de la Loire. Pendant toute la journée, les troupes françaises ne parviennent pas à s’emparer de la place. Néanmoins, grâce aux ultimes encouragements de Jeanne, les Français reprennent courage et conquièrent la bastille. La voie est libre pour l’armée française de venir depuis Blois sans entrave jusqu’à Orléans. Jean Talbot est contraint de plier bagages et il évacue les forteresses campées autour de la ville assiégée.

La libération de la Loire peut enfin commencer.

Outro

Jeanne a prédit qu’elle serait blessée à Orléans. Au point culminant de la bataille, un carreau d’arbalète l’a frappée, la faisant tomber de son cheval. Nous ne pouvions croire à notre malchance.

Mais tandis que nous transportions Jeanne à l’écart du carnage, nous avions remporté la bataille. Orléans était libérée.

Quand nous sommes entrés dans la ville, la population tout entière nous acclamait des fenêtres, sur les toits et dans les rues.

Ils ont tiré des coups de canon dans la nuit et crié à tue-tête le surnom de Jeanne : ‘La Pucelle’ – La Pucelle d’Orléans.

Commentaire

Jeanne d’Arc a bel et bien bien prédit sa blessure. Tandis qu’il est en voyage à Lyon pour son seigneur, le duc de Brabant, le sire de Rotselaar donne des nouvelles de la cour de Charles VII. Sa lettre, datée du 22 avril 1429, mentionne qu’une jeune femme a promis de libérer Orléans, mais qu’elle serait blessée durant les combats. L’attaque de la bastille des Tourelles se joue deux semaines après l’envoi de cette lettre, et durant l’assaut, Jeanne est en effet frappée au matin d’un projectile dans l’épaule. Sa prédiction est relatée par d’autres sources. Les historiens en sont encore étonnés aujourd’hui.

Jeanne, blessée, pleure. Mais elle refuse d’être soignée à l’aide de « sortilèges ». Elle retire elle-même la flèche de son épaule, n’ayant rien d’autre pour soulager sa peine qu’un bout de tissu et de de l’huile d’olive. Elle retourne aussitôt au combat. Au soir, la journée semble perdue, mais elle insiste. « Ne craignez pas, la place est nôtre ! » s’écrie Jeanne quand elle voit son étendard près des murs de la bastille, et indique que c’est là qu’il faut attaquer. Les Français reprennent courage et conquièrent enfin les Tourelles, dans un ultime assaut qui gravera toutes les mémoires.

Le soir se prête aux célébrations, mais il n’y a pas de coups de canons tirés dans la nuit. Le canon était tiré pour marquer le début officiel d’un siège. Les cloches de la ville, en revanche, sonnèrent toutes de concert. Recueillis dans les églises, les habitants d’Orléans et leurs défenseurs chantèrent le Te Deum Laudamus, que Jeanne avait fait chanter à l’armée française au départ de Blois. Ce n’était pas Jeanne, mais Dieu, que l’on remerciait pour la victoire.

Fermez les yeux et imaginez vous à Orléans, au soir de la victoire, par la magie intemporelle de la musique et des chants grégoriens.

 Trois anecdotes truculentes du siège

L’ultime assaut de la bastille des Tourelles donna lieu à de grands moments, qui méritent d’être remémorés.

Le pont de la Loire avait été détruit, mais voyant que le combat s’éternise, les habitants d’Orléans décident de venir en aide à leurs alliés. Ils jettent des planches en bois au travers du pont. Le premier à oser s’avancer sur ces constructions de fortune est un chevalier de l’ordre de l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem, Nicolas de Giresme. Alors qu’il franchit le pont sans que la planche ne cède sous lui, on crie au miracle.

Les capitaines anglais dans la bastille des Tourelles, en revanche, voient le pont levis s’écrouler sous eux et se noient dans la Loire. D’après un marchand italien, cela tient d’un navire de démolition, préparé par Jeanne d’Arc, et avancé sous le pont au moment le plus fatidique.

Enfin, alors que les Anglais évacuent leurs bastilles, un prisonnier de guerre, le bâtard de Bar, parvient à s’échapper de la façon la plus originale du monde. Il se fait porter par le prêtre-confesseur de Jean Talbot en personne jusqu’à Orléans ! Non seulement vient-il renforcer ses amis, mais il leur apporte un informateur de rêve.

Les historiens débattent encore aujourd’hui pour déterminer l’impact réel de Jeanne sur le commandement de l’armée française. S’il est désormais exclu qu’elle ait dirigé elle-même les troupes, les plus audacieux prétendent qu’elle a laissé derrière elle un « héritage ». Elle allait au-devant du danger et ne reculait devant rien. En cela, toutefois, elle était une parfaite élève de La Hire, la sagesse et l’expérience en moins. Pourtant, sans elle, il est indéniable que les Tourelles n’auraient pas été conquises et que le siège d’Orléans aurait pu s’enliser davantage.

Les Anglais étaient en mauvaise posture. Leur alliance avec les Bourguignons fondait comme neige au soleil et le comte de Salisbury, leur génie militaire, était mort aux premières heures du siège d’Orléans. La ville, en revanche, était défendue par les capitaines d’armées les plus retords et les plus braves de l’armée française. La Hire, Poton de Xaintrailles, leurs frères et leurs amis, ils étaient tous là. Ils n’avaient aucun titre pompeux, mais ils étaient de véritables professionnels de la guerre.

Jeanne d’Arc ne jeta jamais que de l’huile sur le feu, alors que les braises étaient encore chaudes et que le vent avait déjà commencé à tourner. Cela ne retire néanmoins rien à son courage, à sa vaillance et à son charme, consacrés à jamais par l’histoire.