Enguerrand de Monstrelet : L'Intégrale

Traitez-moi de fous, tout ce que vous voulez. J’ai décidé de lire en ligne l’intégrale de la Chronique en deux livres d’Enguerrand de Monstrelet, un historien picard de la première moitié du xve siècle. Il s’agit d’une œuvre monumentale et indispensable pour notre connaissance de la seconde moitié de la guerre de Cent Ans. Toutefois, elle reste peu étudiée et elle est souvent mal connue. Des historiens contemporains ne la lisent souvent que par bribes et par conséquent commettent des erreurs dans leurs travaux.

L’impopularité de la Chronique d’Enguerrand de Monstrelet est due aux jugements très sévères qui lui ont été faits. Auguste Molinier, auteur des Sources de l’Histoire de France (un ouvrage encore irremplaçable à ce jour bien qu’il ait été publié tout au début du xxe siècle), a écrit à propos de la Chronique de Monstrelet que sa « forme est prolixe, fatigante et sans grâce ; Rabelais a pu dire de lui sans injustice quelque part [sic] qu’il était “baveux comme un pot à moutarde[1].” » Monstrelet souffre d’autant plus de la comparaison de son œuvre avec celle de son prédécesseur, Jean Froissart, qui relata les événements de la première moitié de la guerre de Cent Ans avec autant de poésie que de verve. Le jugement de Molinier n’a pas été revu depuis qu’il a été prononcé. Avec seulement un rien plus de modération, Philippe Contamine, Olivier Bouzy et Xavier Hélary, dans leur ouvrage paru il y a quelques années sur Jeanne d’Arc (Jeanne d’Arc. Histoire et Dictionnaire, Paris, Robert Laffont, 2012, coll. Bouquins), écrivent de Monstrelet que « son écriture manque pourtant de charme par rapport à celle de son prédécesseur[2]. »

Résultat des courses, nul ne veut lire Monstrelet et nul ne considère qu’il y ait, dans son œuvre, le moindre indice de talent littéraire. Si l’on ajoute à cela qu’il n’est lu que par bribe, et mal, autant dire que son œuvre pourtant capitale est plus que méconnue ! Pourtant, la Chronique d’Enguerrand de Monstrelet a connu un franc succès dans la seconde moitié du xve siècle et au début du xvie siècle. On en a retrouvé un grand nombre de manuscrit et un nombre substantiel d’éditions imprimées différentes. Les passionnés d’histoire se l’arrachaient ! Et pour cause, elle regorge de détails et d’informations fiables. Elle a servi de fondement à plusieurs autres chroniques. L’œuvre de Monstrelet a largement été pillée par les historiens qui l’ont suivi. Mais, il serait trompeur de croire qu’il s’agit d’une œuvre purement factuelle, dénuée de tout enjeu littéraire, qui serait tout à fait impartiale. Monstrelet a posé des choix dans sa narration qui rapprochent tantôt son récit historique de la farce ou de la tragédie. Il se tait quand un événement le dérange. Il se répand en diatribes quand il peut accuser les Flamands de tous les noms.

Si j’étais riche à en jeter l’argent par les fenêtres, je financerais une équipe d’experts pour rééditer la Chronique d’Enguerrand de Monstrelet et en produire une étude complète. Mais, je suis fauché comme les blés. Toutefois, je veux quand même honorer l’historien picard cher à mon cœur, voilà pourquoi j’en propose une lecture commentée sur YouTube. Découvrez-en les épisodes ci-dessous ! J’espère qu’ils vous amuseront autant qu’il vous informeront.


[1] Au volume 4, à la page 193.

[2] À la page 863.